Consommer et posséder (beaucoup) de biens matériels est souvent synonyme d’un certain confort de vie… Mais est-ce bien vrai ? Est-ce que tout ce que nous possédons nous rend vraiment heureux et rend notre vie confortable ?
J’ai trouvé le moment propice, en cette période de soldes, pour vous parler de mes réflexions sur notre mode de consommation. Ces questionnements ont commencé à germer dans mon esprit il y a quelques mois (ou peut-être même quelques années), d’abord par nécessité financière, puis par réelle conviction. Au fil de mes lectures et documentations, je me suis rendue compte que contrairement à ce que l’on pourrait croire, se satisfaire de ce que l’on a, plutôt que d’être dans une perpétuelle insatisfaction, et se détacher du matériel, apportait en fait une grande liberté.
Alors voilà, j’ai pas mal simplifié ma vie. Et arrêté de dépenser inutilement mon argent dans des objets qui allaient encombrer ma maison, me faire perdre mon temps et nuire à mon bien-être. Ça a été une grande bouffée d’air frais, de savoir que je pouvais être heureuse avec finalement, peu de choses. Je ne l’ai pas vécu comme une perte ou une restriction, bien au contraire. Et à en croire le succès que rencontrent Béa Johnson ou Marie Kondo, il semblerait que je ne sois pas la seule à être attirée par ce mode de vie !

Bon, rassurez-vous, je ne vais pas vous dire de partir vivre dans une yourte et élever des chèvres dans le Larzac. Je ne me veux pas non plus moralisatrice, car je suis très loin d’être irréprochable (qui l’est ?). En matière d’environnement, je pense sincèrement que chaque geste, aussi petit soit-il, compte. Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout faire, qu’il faut ne rien faire. Alors lançons-nous !
Ce que je voudrais faire ici, c’est juste partager avec vous mes questionnements et les solutions que j’ai trouvées pour consommer moins, consommer différemment, et rendre ma vie plus simple. C’est meilleur pour le porte-monnaie, pour la planète, pour son propre bien-être, et semblerait-il pour sa santé. Qui dit mieux ?

  • Pour éviter d’avoir à descendre la poubelle deux fois par semaine, on a adopté des petits lombrics qui permettent de diminuer les déchets dans la cuisine ! Nos nouveaux colocataires se font très discrets et digèrent nos déchets organiques pour nous donner un compost de grande qualité et le fameux « thé de vers » pour booster la croissance et la floraison de nos plantes. Plus besoin d’acheter de terreau ni d’engrais désormais…

  • Toujours dans la cuisine, j’essaie de limiter les emballages en utilisant des sacs à vrac pour les fruits et légumes. Nous ne faisons pas (encore) toutes nos courses en vrac, mais on essaie de n’acheter que des emballages en papier/carton, en métal ou en verre. A bas le plastique !
    Par ailleurs, j’ai pas mal travaillé à nous simplifier la vie en cuisine, tout en faisant plus de choses maison, mais des choses simples et rapides. L’astuce, que ce soit pour les pâtes à tartes, la pâte à pizza ou les plats longs à cuisiner comme le risotto, c’est de faire en grosse quantité puis de congeler en portions individuelles. Je vous assure que cela fait gagner beaucoup de temps. Et fini les additifs qu’on avait pas demandés dans les pâtes industrielles !

  • Depuis plus d’un an maintenant, nous faisons nos produits d’entretien nous-mêmes : lessive à base de savon de Marseille, assouplissant au vinaigre blanc, nettoyant toutes surfaces à base de vinaigre blanc lui aussi. Le tout parfumé d’huiles essentielles de lavande ou d’eucalyptus. Nous n’utilisons pas d’essuie-tout ni de lingettes jetables, mais des chiffons en micro-fibre. Gain de temps et économies au rendez-vous ! Prochaine étape : je voudrais trouver des remplaçantes durables à nos éponges jetables !

  • Je ne fais plus les boutiques depuis belle lurette, si ce n’est pour acheter du tissu. Du coup, je n’ai pas de tentation d’acheter, et cela ne me manque absolument pas ! Je couds mes propres vêtements, car coudre est une activité qui me plaît bien, mais je conçois toutefois que ce ne soit pas le cas de tout le monde ! Pour éviter d’acheter des vêtements fabriqués très loin et dans des conditions un peu douteuses, il y a toujours la solution de la seconde main ou des boutiques « éthiques ». La prochaine étape en ce qui me concerne, ce serait de limiter mes achats de tissu et de privilégier le tissu vintage ou récup’ !

  • Comme vous pouvez le voir sur le blog, nous avons fabriqué beaucoup de meubles nous-mêmes depuis notre emménagement dans cet appartement, souvent à partir de matériaux de récupération comme les palettes ou les caisses à vin. Je ne compte plus non plus les meubles et objets déco que nous avons chinés sur Le bon coin ou chez Emmaüs, récupérés dans nos familles ou même trouvés dans la rue. J’aime la déco vintage et éclectique, alors ça me va !

  • Côté objets déco d’ailleurs, la récup’ est de mise aussi. Je privilégie pas mal le papier pour mes DIY, comme pour ces boîtes de rangement faites à partir de boîtes à chaussures, qui cartonnent en ce moment. Simple et efficace, prêtes en 15 min ! Encore une fois, j’essaie de limiter le nombre d’objets déco, car nous en avons déjà beaucoup. Faire la poussière quand il n’y a rien qui traîne, c’est quand même plus rapide !

  • Et enfin, dans la salle de bain, même si je n’ai jamais été une « beauty addict », j’ai énormément trié et simplifié. Plus de gel douche, de shampoing, de déodorant ou de savon liquide du commerce. On utilise désormais du savons surgras de la marque Clémence et Vivien pour se laver le corps, le visage, et les cheveux. Un petit rinçage au vinaigre de cidre pour les cheveux et c’est nickel.
    Pour le déodorant, je le fabrique en 2 minutes top chrono à partir de bicarbonate de soude, d’huiles essentielles et d’huile de coco. Pour le démaquillage, de l’huile de coco tout simplement, et des lingettes lavables plutôt que des disques de coton jetables. Et je m’hydrate la peau avec un mélange d’huiles végétales confectionné avec amour par ma sœur. Depuis quelques mois, ma peau me dit merci et je perds beaucoup moins de temps dans la salle de bain !

Si vous aimeriez en savoir plus sur une des recettes que j’ai mentionnées dans cet article, que ce soit dans la cuisine, dans la salle de bain ou dans la maison en général, n’hésitez pas à me le dire en commentaire ! Je me ferai un plaisir de développer dans une série d’articles DIY et écolo ! A très bientôt :)

22 Comments

  1. Bonjour,
    Je ne sais pas si vous avez trouvé depuis ce poste une option pour remplacer vos éponges. Faites vos Tawashi ! Une idée récup bonne pour la planète.
    Merci partager votre expérience.
    Corinne

    • Bonjour Corinne, oui j’ai tricoté quelques tawashi depuis, sur les conseils d’une autre lectrice. J’avoue que j’ai un peu de mal à les utiliser… mais je persévère ! Merci pour votre idée :)

  2. Un super article, je suis en plein changement de mes habitudes en ce moment, il tombe à pic ! Je vais d’ailleurs essayer ta recette de lessive maison très bientôt ;)
    Je serais aussi intéressée par ta recette de déodorant. Et j’ai une petite question pour finir, utilises-tu l’huile de coco directement sur les yeux et la peau pour te démaquiller ?

    • Hello Mathilde, je note ta demande de recette de déodorant ;) Et oui, j’utilise l’huile de coco directement sur mes yeux et ma peau ! C’est une huile très douce, elle ne me pique absolument pas les yeux, et beaucoup de gens l’utilisent pour se démaquiller sans souci. Bien sur, il vaut mieux faire un test avant pour être sur que tu la tolères. Si tu as des rougeurs ou des picotements qui apparaissent après avoir utilisé de l’huile de coco, mieux vaut t’en passer !
      En tout cas, après qu’elle ait dissout tous les résidus de maquillage, je passe de l’eau chaude sur mon visage puis le savonne avec un savon surgras. J’essuie avec une petite lingette, et voilà !

  3. Un EXCELLENT article qui résonne en moi, merci beaucoup !!

    Je suis en train d’adopter ce mode de vie plus minimaliste aussi, je vais essayer mes premières recettes maison (de toute façon, depuis que j’ai un enfant, je n’arrive plus à utiliser des produits chimiques pour le ménage !)

    J’ai repéré une petite boutique en vrac dans ma ville, et je suis en train de mettre en place des solutions pour diminuer notre consommation et notre impact sur l’environnement (le compost aussi est à l’ordre du jour, qu’on va placer dans le jardin !)

    Bref, merci pour ce partage, et bravo pour ce mode de vie !

    • Tu as trop de chance d’avoir une boutique en vrac dans ta ville, je rêve d’avoir un « Day by day » près de chez moi ! Bravo à toi pour les changements que tu commences à mettre en place dans ton quotidien ;) En tout cas, j’adore ton blog et je suis plus que flattée de te voir ici ! A très vite !

  4. Oh génial! J’ai mis en place pas mal de choses depuis quelques temps aussi, et c’est vrai que je ne me verrais pas du tout repartir en arrière maintenant! Est ce que tu pourrais nous en dire plus sur tes lombrics? J’aimerai bien me lancer dans le compost, mais c’est un gros défi d’accueillir des vers de terre dans sa cuisine!

    • Hello Aurélie, merci pour ton mot ! :) Oui je vais bientôt vous parler de notre lombricomposteur ! J’attendais d’avoir un peu de recul sur la bête, et je crois que c’est chose faite ! A très vite ;)

  5. Je suis dans la même démarche que toi et il est vrai que moins on consomme moins on en a envie. Pour les éponges, tu devrais regarder les tawashis

    • Oui, c’est comme une désintox ;) Merci pour les tawashis, j’en ai effectivement déjà entendu parler ! Tu en as et tu en es satisfaite ? Il faudrait vraiment que j’essaie !

  6. Bonjour,

    Pour la lessive à base de savon de Marseille, vous faites comment ? Prenez vous un savon et faites vous des paillettes ?

    Merci pour vos bons conseils
    Virginie

    • Bonjour Virginie, alors j’utilise un pain de savon que je râpe, mais il est effectivement possible d’utiliser des paillettes (peut-être moins économique ?). Je reviens vite avec un article contenant la recette de la lessive ! A très bientôt !

      • Effectivement c’est plus cher en paillettes mais le plus gros problème écologiquement parlant c’est que le savon en paillettes est blanc, c’est à dire fait avec de l’huile de palme (déforestation et perte de l’habitat pour les animaux) le vrai savon de Marseille est vert :o)
        Merci pour cet article c’est toujours sympa et valorisant de faire la synthèse des choses mises en place. Bon week-end

        • Merci pour ta contribution Nat ! Effectivement je savais que le vrai savon de Marseille 100% huile d’olive est vert, mais je ne savais pas qu’on ne pouvait pas le trouver en paillettes !

  7. C’est très inspirant. Merci pour cet article. Tu en fais déjà beaucoup ! C’est tellement bien de pouvoir mettre en pratique ses convictions. J’y travaille de mon côté mais le chemin est long…

    • De rien Delphine, c’est moi qui te remercie ! Le chemin est long effectivement, mais il ne faut pas se mettre la pression. Vas-y petit à petit, à ton rythme ;) Il paraît qu’il faut 20 jours pour qu’une nouvelle habitude s’ancre dans notre esprit, et ne nécessite plus d’effort. Ça peut paraître insurmontable au début, mais une fois l’habitude bien installée, on n’y prête même plus attention !

Write A Comment