On entend de plus en plus parler du « vrac », mais peut-être ne savez-vous pas encore de quoi il s’agit exactement, ni comment cela fonctionne. Peut-être que, comme moi il y a quelques années, vous n’osez pas franchir le pas de ce rayon de magasin ou de ces boutiques uniquement remplies de grands distributeurs…

Si je n’osais pas m’aventurer au rayon vrac, je crois que c’est parce que je me mettais des barrières : c’était trop différent de ma façon de consommer habituelle, je pensais que c’était réservé aux fameux « bobos bien-pensants », qu’il était vain d’essayer de limiter ses déchets alors que la plupart des gens ne font pas d’effort dans ce sens. Je pensais que cela reviendrait plus cher que les aliments emballés, que ça me demanderait trop d’efforts et trop de temps… Mais je crois que ce qui me bloquait le plus, c’était de m’aventurer dans l’inconnu de ce rayon. Est-ce que j’aurais l’air bête en ne sachant pas comment utiliser le distributeur, comment fonctionne la pesée, est-ce que je pourrais faire la tare de mon contenant ?
Quand j’y pense maintenant, cela me paraît un peu bête. Pourtant, c’est tout à fait le genre de questionnements qui nous empêchent souvent de faire des choses qui diffèrent de nos habitudes, pas vrai ?
Ah voilà, j’ai mis le doigt sur le problème : les habitudes ! Difficile de les changer et de bousculer sa routine bien huilée. On s’imagine qu’on va devoir fournir trop d’efforts et y consacrer trop de temps. D’ailleurs, rien qu’en y pensant, on est déjà fatigué ! Un peu comme en regardant le sommet d’une montagne à gravir…

Pourtant, il paraît que le plus dur, c’est le premier pas et qu’il faut environ 20 jours pour intégrer une nouvelle habitude (de sorte à ce qu’elle ne nous demande plus d’effort conscient). Ça vaut le coup d’essayer, non ? Et ceci est vrai pour n’importe quelle habitude que l’on souhaite changer. Je dis ça, je dis rien ! (Mais je l’dis quand même ;) )

Pour en revenir au vrac, je vous avoue que maintenant, je me demande pourquoi je ne m’y suis pas mise plus tôt. En tout cas, je ne me verrai pas revenir en arrière aujourd’hui.
A mon sens, chaque effort vaut le coup et il n’y a pas de « compensation » entre nos actes : ce n’est pas parce qu’on achète un produit emballé après avoir fait la majorité de nos courses en vrac que cela annule tous nos efforts. Chaque geste compte et tout déchet en moins… est un déchet en moins ! ;)

C’est quoi le vrac ?

Le vrac, ce sont donc des aliments (mais aussi des produits ménagers, etc.) vendus sans emballage. Pour les acheter, il faut se munir d’un contenant : qu’on amène avec soi (sac en tissu, bocal, boîte hermétique… à récupérer, à fabriquer ou à acheter) ou des sacs en papier mis à disposition en magasin.
Pour être transportés avant d’être placés dans les distributeurs des magasins, les aliments sont quand même emballés, mais en grand conditionnement. Cela produit donc des déchets (contrairement à ce qu’on s‘imagine), mais beaucoup moins que lorsque les aliments sont (sur)emballés en portions individuelles.

Même s’il y a de plus en plus de magasins proposant du vrac, il peut être compliqué d’en trouver en dehors des villes. Il existe toutefois d’autres moyens d’acheter sans emballage : se rendre sur les marchés, chez un producteur local, dans une ferme-cueillette, chez les commerçants de proximité (ou au rayon découpe des supermarchés) qui acceptent qu’on apporte ses propres contenants, adhérer à une AMAP… De plus, pour les fruits et les légumes, il est déjà possible dans la plupart des supermarchés conventionnels d’apporter ses sacs réutilisables au rayon libre-service.

Pourquoi acheter en vrac ?

Cette façon de s’approvisionner s’inscrit dans la mouvance zéro déchet, qui vise à réduire ses déchets. Que ce soit pour des raisons écologiques, pour avoir à sortir la poubelle moins souvent, ou encore pour diminuer les frais de la ville liés à la gestion des déchets, le fait d’acheter en vrac a de nombreux avantages :

  • c’est moins cher : on n’achète que le produit, pas son emballage ni son marketing
  • c’est plus écologique : cela génère moins de déchets
  • c’est facile : une fois qu’on est équipé, il ne s’agit que d’intégrer de nouvelles habitudes et d’adopter une nouvelle organisation
  • cela permet de ne prendre que ce dont on a besoin et donc de limiter le gaspillage alimentaire (si on connaît bien ses besoins et qu’on a fait une liste de courses, c’est encore mieux)

Comment faire ?
  • Oser sauter le pas, en se rendant en magasins bio ou dans certains magasins conventionnels qui possèdent un rayon vrac, dans un magasin spécialisé dans le vrac comme Day by Day
  • Être équipé : il est possible d’utiliser des sacs en papier souvent mis à disposition, mais ces sacs ne sont bien souvent pas recyclables (ils seront incinérés comme la plupart de nos déchets), et il a fallu de l’énergie pour les produire et les transporter. Autant utiliser des sacs en tissu réutilisables ! Pour commencer, 5-6 sacs me semblent être suffisants.
    Je vous mets d’ailleurs le lien vers la boutique où je vends les sacs à vrac que vous apercevez sur la photo ci-dessus.
    Penser aussi aux bocaux, boîtes hermétiques, bouteilles en verre (pour l’huile, le produit vaisselle…), au sac à pain. J’utilise pour ma part un simple tote bag.
  • Ne pas hésiter à demander comment cela fonctionne à un vendeur. Chaque magasin peut avoir un fonctionnement différent, notamment pour la tare.

Comme vous l’aurez remarqué, acheter en vrac revient à acheter majoritairement des produits bruts, même si on peut aussi trouver des produits transformés (comme les biscuits, le muesli, etc. en vrac). Et donc, cela implique de cuisiner différemment, mais aussi, si on le souhaite, de fabriquer ses produits ménagers ou d’hygiène, etc. Vous trouverez quelques liens utiles en bas de l’article ou dans les archives du blog si cela vous intéresse !

Les petites astuces

Chez les commerçants de proximité (boulangerie, boucherie, fromagerie…), cela peut sembler difficile au début de demander à utiliser ses propres contenants. A la longue, cela peut aussi paraître répétitif… Le plus efficace que j’ai trouvé pour le moment est d’anticiper le geste réflexe du commerçant qui consiste à attraper un emballage. Avant ou en même temps que vous commandez, dites-lui que vous ne voulez pas d’emballage et tendez-lui tout de suite votre propre contenant.
Beaucoup de commerçants acceptent cela, même s’il arrive que certains soient réticents d’un point de vue sanitaire. Vous pouvez essayer de les rassurer… Sinon, tant pis ! On n’a pas toujours le choix et il y a parfois des ratés : dans ces moments-là, rien ne sert de culpabiliser, puisque vous avez déjà fait ce que vous pouviez.

Il ne faut, à mon sens, pas prendre le zéro déchet comme un combat de chaque instant, car cela peut vite être épuisant et culpabilisant. Il faut l’accepter : nous n’avons pas prise sur tout et nous ne sommes pas infaillibles. Nous ne sommes pas non plus toujours 100 % cohérents… Bah oui, nous sommes humains quoi ! Mais comme je le disais plus haut, cela ne doit pas ternir votre image de vous ou vos efforts passés et présents. Vous faites de votre mieux, à votre rythme et dans un environnement que vous ne maîtrisez pas, et c’est déjà super :)

Si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure du vrac, mais que vous n’êtes pas encore équipé en sacs à vrac, je profite de cet article pour vous proposer de gagner un lot de sacs que je fabrique pour ma boutique !
Ils possèdent des liens coulissants qui permettent une ouverture et une fermeture super pratiques, et des coutures anglaises à l’intérieur qui évitent que des miettes ne s’y accrochent… Et ils sont fabriqués en tissu anciens ou issus de chutes, pour rester dans la démarche zéro déchet ;)

Pour tenter votre chance, laissez-moi un commentaire et racontez-nous vos petits gestes écolos du quotidien ! Résultat vendredi soir ;)

 

EDIT : Le concours est terminé, et c’est avec un peu de retard que j’annonce le nom de la gagnante (tirée au sort sous l’œil averti de Maître Sésame) : il s’agit de Talia, bravo à toi ! Et merci à toutes pour vos participations et pour votre engouement au sujet du vrac !

Pour aller plus loin

Les recettes de quelques produits ménagers
Les recettes de quelques produits d’hygiène et cosmétiques
Un guide pour se lancer dans le lombricompostage
Des idées de
 recettes anti gaspi

39 Comments

  1. Bonjour Amandine,

    Je viens de découvrir ton blog et je l’apprécie déjà beaucoup. Le zéro déchet me tente beaucoup mais je n’ai pas encore vraiment sauté le pas. Notre déménagement à la fin du mois va peut être m’aider.
    J’ai une question: j’utilise des bocaux en verre pour les aliments secs. Est-ce que les élastiques en caoutchouc sont nécessaires?
    Bonne journée.

    • Bonjour Chiara, bienvenue dans l’aventure zéro déchet ;) Alors pour les bocaux de stockage, les joints en caoutchouc ne sont pas nécessaires. Ils le sont surtout quand on fait des conserves, pour garantir l’étanchéité. Pour stocker mes produits achetés en vrac, j’utilise des bocaux en verre du commerce récupérés, ou des bocaux type Le Parfait, sans joint !
      Et sinon oui, un déménagement est une bonne occasion pour faire le tri et changer quelques petites habitudes. Tu peux commencer par des petits gestes, comme remplacer les sacs plastiques par des tote bags, ou les bouteilles d’eau par une gourde en inox :)

  2. Bonjour,
    Je me suis lancée un défi il y a plus d’un an pour minimiser mes déchets, je voulais partager avec vous ce que j’ai mis en place :
    – pour aller faire mes courses, j’ai une sorte de glacière souple dans laquelle j’ai toujours une dizaine de sacs en tissu, des bocaux en verre et des boites en plastique. Je ne fais presque plus de courses en supermarché, je vais dans une boutique de producteurs pour les fruits, légumes (que je mets dans les sacs en tissu), pour le fromage à la coupe (que je demande à mettre directement dans une grande boite sans emballage), j’achète le poisson en filet une fois par mois, je le fais découper en morceaux dans des boites en plastique (je congèle ensuite pour en avoir pour un mois). Pour l’épicerie, je vais dans un magasin en vrac.
    – j’ai acheté aussi des cotons réutilisables pour la salle de bain, j’ai fait un essai d’acheter le shampooing et savons en vrac, j’ai fabriqué du déodorant « maison », j’utilise beaucoup l’huile de coco pour hydrater la peau (et celle de ma fille), je recharge mon pot au magasin en vrac.
    – j’ai acheté un flacon pour liquide vaisselle et un bidon pour lessive que je vais remplir régulièrement au magasin en vrac (je vais essayer de fabriquer ma lessive moi-même aussi)
    – je ne jette pas mes boites à oeufs, je le ramène au magasin où je les achète, ils les réutilisent.
    – je ne jette pas non plus les récipients en verre, la boutique en vrac où je fais mes courses les récupère aussi
    – je mange beaucoup de légumes et fruits , je jette mes épluchures au compost dans mon jardin
    et voila, je suis contente du résultat !
    Bonne journée !

  3. Bonjour je joue volontiers pour ces sacs très mignons. Je voudrais’ m’en faire également mais j’en n’ai pas encore pris le temps. J’achete Souvent en vrac mais j’utilise les sacs papiers et cela ne me satisfait pas…
    Je me suis’ par contre cousu un sac à pain avant Noël et je m’en Sers tous les jours!!!

    • Bravo pour ton sac à pain Hélène, c’est déjà chouette de l’avoir fait toi-même !

  4. Merci pour ce concours’, j’essaye tant bien que mal de réduire mes déchets mais je suis encore loin du compte, j’achète mes légumes et légumes sec en magasin de producteurs locaux, donc é vrac et sans emballage mais c’est vrai que je n’ai pas encore passé le pas pour tout ce qui est produit d’entretien et produit brut Comme sucre farine… il faut que je fasse plus d’efforts merci de nous encourager on est toujours plus fort à plusieurs…

    • Chacun son rythme ;) Tu fais déjà plein de choses ! Pour les produits d’entretien, tu peux regarder du côté des recettes faites-maison, peut-être que certaines te conviendront. Et la plupart du temps, ça ne prend pas beaucoup de temps. Pour le sucre et la farine, en général on en trouve facilement dans les magasins qui proposent du vrac, mais peut-être pas dans le magasin de producteurs où tu vas ? Après, si ils sont emballés dans des sacs en papier, c’est toujours mieux que dans du plastique !

  5. Coucou Amandine!

    Depuis quelques mois un magasin zéro emballage a ouvert tout près de chez moi et je me rends avec plaisir avec mes petits contenants en verre et mes totes bag pour refaire mes stocks de produits en vrac : amandes, noix, flocons d’avoine, farine, fruits sec…(à moi le granola maison !) ! Ils ont aussi des produits d’entretien liquide en libre service, des shampooings/savons/dentifrices solides, éponges konjac, gourdes réutilisables…bref, vraiment de quoi donner envie de se lancer (ou continuer) dans le zéro déchet !

    Par contre il me manque de jolis petits sacs en tissu comme les tiens, alors je tente ma chance avec plaisir à ce concours !

    À bientôt !

    Myriam

  6. Je suis tout à fait dans le même esprit que toi concernant le zéro déchet. J’ai commencé à mettre des choses en place, il y a un peu plus de trois ans. Nous avons considérablement réduit nos déchets (1 sac de 20l toutes les 2 ou 3 semaines) mais on est loin du bocal d’un litre annuel des as du zero waste. Parce que j’habite en campagne, je n’ai pas accès à certains produits en vrac, parce que les distributeurs de lessive et liquide vaisselle en vrac de ma Biocoop n’ont pas été ravitaillés depuis 4 mois, parce que des invités sont arrivés avec un cadeau emballé, etc. Il a beaucoup de facteurs qui font que le zéro déchet total est difficile à concevoir mais, plutôt que de culpabiliser, je préfère me dire que chaque geste est un pas en avant et qu’il ne faut pas se laisser décourager parce qu’on n’est pas parfaite :)

    • Oui, si tout le monde n’avait qu’un sac de 20 L toutes les 2-3 semaines, ce serait déjà super ! Je ne pense pas qu’il faille voir le zéro déchet comme une course à la performance. Comme tu le dis si bien, personne n’est parfait, et puis on ne peut pas tout contrôler ;)

  7. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cette article et ce beau concours. Je me questionnais justement et effectivement il faut que je regarde mais je pense qu’il y a une AMAP pas loin de mon village perdu
    Sinon, à la maison, on a commencé avec le liquide lave vaisselle et la lessive et je suis conquise. Prochaine étape, nos déodorants

    • Top, si tu as une bonne recette de liquide vaisselle, je suis preneuse ! Et pour les AMAP, le réseau est pas mal développé alors tu devrais trouver ton bonheur :)

  8. Sylvie2baz Reply

    bonjour et merci pour cet article sur les achats en vrac. Vous avez tout à fait raison, on s’en fait tout une montagne !
    J’ai commencé dans ma salle de bain, je n’utilise plus que des savons solides, adieu les gels douche. Idem pour les lingettes lavables.
    Dans mon village, une petite boutique s’est ouverte où je peux y acheter quelques produits en vrac comme le sucre cassonade.
    Les légumes proviennent d’un maraicher à moins de 15 km, je favorise le local autant que faire se peut.
    Je pars le samedi matin faire mon marché avec mon filet pour les légumes, les sacs en toile pour les fromages, les volailles.
    Je cuisine beaucoup et mon fils est ravi de partir avec sa gamelle préparée par maman.
    merci pour ce concours et bonne continuation pour 2018.

    • Je suis complètement d’accord pour favoriser les produits locaux et de saison. Quelle chance d’avoir un magasin de ce type dans ton village ! J’adore aussi faire les marchés, c’est quand même beaucoup plus agréable que les supermarchés (qui n’ont vraiment rien de super haha).

  9. Bonjour
    Je commence l’aventure du vrac mais je me sers des sacs en papier fournis. Je n’ai pas encore l’équipement. Merci pour ce concours.

  10. Hello !

    Pour ma part ce qui me freine dans le vrac ce sont les mites alimentaires. J’ai lu qu’il fallait passer ses produits au frigo mais ca me rassure pas trop…

    Niveau prix ce n’est pas systematiquement moins cher , j’ai fait pas mal de comparatifs et ca depend des enseignes :/

    Les epiceries en vrac sont plus loin de chez moi que les enseignes type Carrefour donc c’est aussi une difficule en plus !

    Bonne journee :)

    • Eh bien je croise les doigts, car je n’ai encore jamais croisé de mites ! Normalement, en reconditionnant les denrées dans des bocaux bien hermétiques, il n’y a pas de risque d’infestation, puisqu’elles ne pourront pas accéder à la nourriture.
      Pour ce qui est du prix, effectivement cela doit dépendre des enseignes, notamment si elles sont bio ou pas. Quoique, j’ai encore vu la semaine dernière du riz à risotto bio moins cher en vrac que du riz à risotto emballé non bio… Je pense que ce qui joue pas mal sur le prix, c’est surtout de consommer des produits bruts plutôt que transformés.
      Chez moi aussi il y a un supermarché plus près que le magasin bio qui propose du vrac… Mais quand on sait pourquoi on y va, je trouve cela plus facile de se motiver. Et puis, je trouve aussi cela plus agréable que les rayons des grandes surfaces, mais c’est mon avis personnel ;)

  11. Je me suis mise au vrac depuis quelques mois avec des boîtes hermétiques tarées par mon commerçant, c’est nickel ! . Je teste maintenant les produits ménagers home made mais j’ai du mal à trouver des recettes satisfaisantes. Les petits sacs sont superbes. J’aimerai bien savoir ce que ce sont les coutures intérieures anglaises ;))

    • Oui pardon Gwenhaele, je n’ai pas pensé à préciser pour les néophytes de la couture ! Ce sont des coutures qui forment simplement un petit pli à l’intérieur de la pochette, sans fils qui dépassent. Comme cela, rien ne se coince dans les coutures. Il y a des photos de ces coutures dans la description des produits sur la boutique Etsy, si tu veux mieux visualiser.

  12. Super ce concours ! La thématique du zéro déchet m’intéresse de plus en plus. J’ai encore énormément de chemin à faire, mais j’ai déjà remplacé les mouchoirs en papier par des mouchoirs en tissu, les lingettes jetables par des lingettes lavables que j’ai fabriquées, plusieurs produits d’hygiène par leurs versions zéro déchet, je fabrique ma lessive et tous mes produits ménagers… Ce n’est qu’un début. J’y vais progressivement pour ne pas me décourager, à mon sens la meilleure option pour transformer les « efforts » du début en véritables habitudes auxquelles on ne pense même plus.

    • Je suis 100% d’accord avec toi pour y aller progressivement ! Certaines personnes préfèrent les changements brutaux, d’autres les changements progressifs. A nous de trouver ce qui nous convient le mieux. Bravo pour ce que tu fais déjà, moi les mouchoirs en tissu, je n’y arrive pas !

  13. Bonjour,
    C’est aussi une réflexion que j’ai entamée il y a un an ou deux. J’ai déjà des sacs en tissu pour acheter mes légumes, mais ils sont un peu grand pour le vrac (et les tiens sont tellement plus mignons!). Du coup j’utilisais des sachets en papier jusqu’à présent et je trouvais ça dommage car contre-productif…
    On cuisine tout nous même, tout est fait maison! La seule chose c’est les goûters pour les enfants, je n’ai pas encore trouvé l’organisation qui me permettrait de leur préparer les gâteaux maison. En revanche ça fait longtemps qu’on est passés sur des gourdes réutilisables au lieu des Pompotes qui sont une catastrophe écologique.
    On minimise la gâche aussi, en faisant une liste précise de courses reliée à un menu prévu pour la semaine. Je fais des gâteaux ou des compotes avec les fruits abîmés.
    Je commence à acheter des vêtements d’occasion, et je trouve ça à la fois écologique et économique!

    • Bonjour Naïma, bravo pour tous les changements que tu as opérés dans ton quotidien ! Je suis sûre que tu trouveras une solution pour les gâteaux maison des enfants ;)

  14. Génial ce post, c’est tout ce que j’aime lire pour éviter de déprimer et voir que je ne suis pas seule dans ce combat ! :)
    J’ai aussi adopté ce mode de vie, et ma grand-mère m’a cousu mon sac à pain en tissus pour Noël. Je suis ravie ! Au quotidien, j’utilise le vrac comme toi (j’ai même trouvé du fromage blanc en vrac dans une petite fromagerie !), des cotons lavables, des savons et du dentifrice solides, je fais du compost que je dépose dans un compost collectif dans ma ville. J’ai également fabriqué pour la première fois hier mon propre lait d’avoine, c’est tellement simple ! J’adore découvrir de nouvelles astuces, essayer d’aller plus loin, faire l’effort de trouver d’autres solutions. J’évite également d’acheter neuf, je chine beaucoup dans les vide-dressing.
    Je participe à ton concours car c’est petits pochons sont vraiment adorables !

    Léa

    • Hello Léa, merci pour ton mot super gentil <3
      Je crois qu'on est plusieurs à se sentir seul(e) dans cette démarche et c'est dommage ! Il existe pas mal de groupes facebook pour s'entraider et il y a peut-être des initiatives/associations près de chez moi qui pourraient te redonner le moral en cas de coup de mou ;)
      Pour le lait d'avoine, j'ai déjà tenté aussi mais j'ai trouvé qu'il ne se conservait vraiment pas longtemps : 2-3 jours maximum au frigo ! Du coup, j'avoue que je ne prends pas le temps de m'en refaire tous les 2-3 jours et que je reste pour le moment sur des briques recyclables. Je serais curieuse de savoir combien de temps le tien se conserve !

  15. Hello ! Quel vaste sujet que le vrac ! J’adhère complètement à la cause mais c’est vrai que je trouve ça difficile au quotidien. Étant avec quelqu’un qui ne partage pas en tout point ces « convictions » parfois j’ai le réflexe de prendre en vrac et non mon petit ami ! Mais je reste positive, je sais que ça deviendra simple par la suite :)
    En tout cas ce concours est très chouette, merci :)
    Belle journée !

    • Ici c’est pareil, monsieur n’a pas tout à fait les mêmes convictions que moi ;) Je t’avoue que ce n’est pas facile tous les jours et que je pique parfois des crises… Mais ce n’est pas très pédagogue ! Il paraît que le mieux que l’on puisse faire, c’est donner l’exemple… Bon courage à toi ! :)

  16. Encore moi ! J’ai oublié de poser une question : pour le boucher, quel type de contenant ? Parce que les sacs en vrac ne peuvent pas fonctionner ici, il y a une notion de perméabilité nécessaire non ?

    • Hello Talia, alors pour le boucher, je pense que le plus simple ce sont les boîtes hermétiques (en plastique, ou en verre c’est encore mieux même si c’est plus lourd !)
      Après, pourquoi pas imaginer des pochettes dont l’intérieur serait imperméable, en « beeswax wrap » par exemple ? Je ne sais pas si cela fonctionnerait, il faudrait que je teste pour savoir !

  17. Bonjour. Je trouve cette démarche tellement plus logique mais comme vous dîtes il faut sauter le pas ! Pour ma part je me suis mis au réutilisable (lingettes, mouchoirs, sopalin), au produits ménagers et cosmétiques home made, et je commence à me mettre au vrac (graines, amandes, muesli) donc je tente ma chance à votre concours et je pars à la recherche d’un magasin près de chez moi !
    Bonne journée à vous

  18. Bonjour !
    Moi aussi je tente ma chance ! Je suis tellement fan de ton site que j’ai déjà fait une pub d’enfer sur la page FB du défi « rien de neuf » !
    https://www.facebook.com/groups/922930141216397/
    Cette année, je réduis mes déchets le plus possible (il me faut donc tes sacs à vrac, je n’ai plus le choix ! :) et je relève le défi de ne rien acheter neuf, défi que je trouve relativement facile si ce n’est les collants, sous-vêtements, chaussettes, etc. D’ailleurs, je sais que ce n’est pas le sujet ici mais si tu as des astuces à me donner pour trouver des solutions (je ne suis pas douée en couture, d’où mon souci !)
    Je suis vraiment contente que tu sautes le pas aussi de l’achat en vrac, cela me motive comme jamais !
    Merci pour tout ce que tu fais avec ton site, sans peut-être t’en rendre compte , j’ai l’impression que la surconsommation commence à avoir du souci à se faire, OUF !

    Bonne journée !

    • Je te l’ai déjà dit par mail, mais merci pour ton enthousiasme Talia ! :) Et surtout, merci de nous avoir fait découvrir le défi Rien de neuf !

  19. LAUREN DENIEL Reply

    Bonjour

    Un très beau résumé de ma pensée !
    J’ai les bocaux mais pas encore les sacs pour aller au vrac alors je tente ma chance ! ;)
    Merci de voir que la démarche s’étend….
    Lauren

    • Merci à toi Lauren, je suis aussi ravie de voir que nous sommes de plus en plus nombreux.ses dans cette démarche. A très vite !

  20. Bonjour et merci pour ce concours.
    Je tente ma chance bien volontiers car pratiquer le zéro déchets autant que possible est une de mes résolutions.
    C’est très difficile à mettre en œuvre.
    J’achète de plus en plus en vracs. Je réutilise mes sachets et utilise des bocaux.
    Je cuisine le plus possible maison pour avoir moins de déchets industriels mais j’ai encore du chemin à parcourir…
    Je ne prends plus de lingettes démaquillantes ou cotons. J’ai fabriqué les miens qui sont lavables.
    Je voudrais éviter de prendre les sacs en papier pour les légumes alors tes petits sacs me permettront de pouvoir mettre en pratique cette idée.
    Bonne journée.

    • Bonjour Amélie, je te réponds très tard mais bravo pour tout ce que tu fais déjà ! On a souvent tendance à vouloir faire plus et à trouver qu’on ne fait pas assez, mais je pense qu’il est bon de regarder en arrière le chemin parcouru de temps en temps. J’espère que la rédaction de ce commentaire t’aura permis de t’en rendre compte ;) Et que tu trouveras bientôt des petits sacs en tissu qui te conviendront !
      A très vite !

Write A Comment