Bon mardi les amis !

Comme vous pouvez le voir, je ne vais vous parler ni du peintre, ni de la célèbre parfumerie, mais bien du musée Fragonard situé sur le campus de l’école vétérinaire de Maison-Alfort. Il y a quelques temps, par un samedi pluvieux, on s’ennuyait un peu et on n’avait pas envie d’aller à Paris pour trouver une occupation. Alors j’ai repensé à ce musée dont j’avais entendu parler et où je n’étais encore jamais allée. Comme quoi, il y a aussi des choses sympas à faire en proche banlieue :D
Enfin, je n’ai pas la prétention de dire que tout le monde trouvera ce musée sympa, mais forcément en tant que biologiste cela m’a plu… surtout son air de cabinet de curiosités ! Vitrines anciennes, parquet en point de Hongrie et moulures aux plafond, le musée a été rénové récemment pour retrouver l’aspect qu’il avait à son ouverture, en 1902. Allez, je vous emmène faire un petit voyage dans le temps, direction le début du XXe siècle !

Le musée comporte quatre salles : une première dédiée à l’anatomie comparée avec une partie réservée aux « monstres » animaux ou autres anomalies de la nature, une seconde qui contient une collection de squelettes, une troisième consacrée aux pathologies anciennes des animaux en lien avec leur exploitation par l’homme, et enfin une quatrième salle façon « cabinet de curiosités ». Je précise que les vétérinaires ne s’occupent pas seulement de nos chers petits chiens et chats, mais aussi et surtout, des animaux d’élevage ! Et ce sont surtout ces derniers qui sont présentés ici.

Dans l’impressionnante collection de squelettes de la secondes salle, on trouve toutefois, en plus des animaux domestiques, quelques animaux inattendus comme une girafe, un éléphant et même un rhinocéros !

Hello you

Je ne vous cache pas que certaines parties du musée ne seront pas du goût de tout le monde et qu’il faut parfois avoir l’estomac bien accroché ! Le but du musée n’était évidemment pas de constituer un musée des horreurs, mais bien d’être un support à l’étude des pathologies des animaux. (Et j’avoue que je trouve cela passionnant, même si cela peut parfois paraître dégoûtant).

La partie qui m’a le plus intéressé est celle dédiée aux pathologies des animaux, qui existaient à l’époque où le musée a été créé. Qu’elles soient liées à l’exploitation par l’homme, chez les « bêtes de somme » notamment, ou qu’il s’agisse de pathologies transmissibles de l’animal à l’homme (et inversement), j’ai trouvé cela très intéressant du point de vue historique. J’y ai appris plein de choses, car je n’avais (naïvement) pas conscience de tout cet aspect de l’histoire de l’élevage des animaux !

L’impressionnante (et très ancienne) collection de parasites du cabinet de curiosités

Le musée est ouvert les mercredis, jeudis, samedis et dimanches de 14h à 18h. La visite se fait avec un audioguide si on le souhaite, ce qui est quand même bien pratique quand on est novice en la matière. Et enfin il est facilement accessible par le métro. Bonne visite !

2 Comments

  1. Merci de cette belle visite que je découvre tardivement…J’aime beaucoup les cabinets de curiosité et les musées d’histoire naturelle, une source d’inspiration pour mes créations !

    • De rien Stéphanie ! Ce musée vaut vraiment le coup d’œil, je pense qu’il vous inspirerez beaucoup !

Write A Comment