Cela vous est déjà arrivé de flasher sur un patron de couture, de l’acheter, de coudre le vêtement dans votre taille, puis de vous rendre compte qu’il ne vous va pas du tout ? Alors que vous avez dans votre armoire tout un tas de chouettes vêtements qui ont l’air d’avoir été taillés pour vous ? Ça a souvent été mon cas (#teamminipouce), et puis un jour, je me suis demandé pourquoi je ne reproduisais pas tout simplement, à l’identique ou presque, les vêtements que j’ai déjà et qui me vont. La révolution, je vous jure ! Plus besoin de savoir patronner pour créer ses propres vêtements ! Avec des finitions au top, qui plus est.
Pour cela, il suffit de redessiner les différents éléments qui constituent le vêtement, puis de réfléchir à l’ordre d’assemblage et aux finitions avant de se lancer. Quand on maîtrise un peu sa machine et qu’on a l’habitude de coudre, c’est un (presque) jeu d’enfant. Mais comme je sais qu’il y a des débutantes en couture parmi vous, j’ai fait le maximum pour que mes explications soient les plus claires possibles ! S’il reste malgré tout des zones d’ombre, n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires.
Mon conseil si vous débutez, ce serait surtout de commencer par des pièces simples, comme un t-shirt, un top ou une robe. Pour ce type de vêtements, les étapes d’assemblage sont souvent très similaires.

A titre d’exemple, je vais vous montrer comment « cloner » un simple t-shirt en jersey en un joli top à basque, à partir de matériel de La petite épicerie. Le résultat n’a finalement plus rien à voir avec l’original, et au moins je suis sûre qu’il me va ! J’ai aussi réalisé un débardeur à partir d’un top au tombé parfait, dont j’ai supprimé les manches. Les possibilités sont nombreuses !

Et vous, c’est quoi le vêtement fétiche que vous voudriez décliner à l’infini ?

Pour cloner vos vêtements, il vous faut :

  • un vêtement qui vous va bien
  • une machine à coudre (c’est quand même plus pratique)
  • du tissu, dans un métrage suffisant pour votre réalisation (les cotons ananas et pastèque sont ici)
  • du fil assorti
  • des épingles à tête
  • des ciseaux
  • du papier kraft (ou calque, ou sulfurisé, ça marche aussi…)
  • un crayon
  • une craie à tissu ou un feutre effaçable
  • du biais, que vous pouvez aussi réaliser dans le tissu utilisé
  • en option, du ruban

La première étape, quelque soit le vêtement qu’on veut cloner, c’est donc de dessiner les différents éléments qui le composent. Pour un t-shirt, c’est simple : un devant, un dos, deux manches (et un peu de biais). Pliez le t-shirt en deux sur une feuille de papier, et dessinez son contour en laissant une marge de couture d’environ 1 cm tout autour. Pour l’emmanchure, il suffit de maintenir le vêtement à plat et de tracer des pointillés en soulevant régulièrement la manche et en marquant l’emplacement de la couture. Reliez les pointillés pour tracer l’emmanchure. Reportez également le contour de l’encolure du dos, toujours en laissant une marge d’1 cm. Vous avez votre dos !

Retournez le tee-shirt pour dessiner cette fois-ci le devant, en suivant les mêmes opérations. Vérifiez que les épaules font bien la même largueur entre le dos et le devant, ainsi que les côtés. Votre dos et votre devant sont prêts ! Passons maintenant aux manches : placez la tête de manche perpendiculaire à vous, comme ci-dessus.

Comme pour le dos ou le devant, maintenez le vêtement bien à plat et soulevez régulièrement la manche pour marquer l’emplacement de la couture du devant de la manche. Vous devez obtenir une courbe, qui sera plus prononcée pour le devant que pour le dos. Retournez le vêtement comme ci-dessus, en gardant toujours la tête de manche perpendiculaire à vous. Tracez la couture comme précédemment, pour le dos de la manche cette fois. Il ne vous reste plus qu’à déterminer la longueur de votre manche (ici je l’ai pas mal allongée), en vérifiant que les deux côtés font bien la même longueur. Pensez à rajouter 2 cm pour l’ourlet !

Il ne vous reste plus qu’à découper vos patrons. Ici, pour créer la basque, j’ai découpé un rectangle dont la largeur fait deux fois celle de la base du devant, et la hauteur 20 cm (sachant que le tee-shirt que j’ai utilisé comme base est un crop top).
Reportez maintenant vos patrons sur le tissu propre et repassé, à l’aide d’une craie ou d’un feutre effaçable à la chaleur. Le dos, le devant et les basques sont à reporter au pli, c’est-à-dire sur un tissu plié en deux, comme ci-dessus. Reportez le patron de la manche une fois à l’endroit, et une fois à l’envers, pour créer la manche droite et la manche gauche. N’oubliez pas de respecter le droit fil !

Découpez le tout, sans oublier suffisamment de biais pour l’encolure et les éventuelles fentes indéchirables (on en reparle bientôt !). Pour cela, découpez de longues bandes de 4 cm de large dans la diagonale du tissu.
Placez le dos et le devant endroit contre endroit et épinglez les épaules et les deux côtés.

Cousez au point droit à 1 cm du bord. Surfilez, ou faites une couture zigzag pour éviter que le tissu ne s’effiloche.
Pliez chaque manche en deux et épinglez le dessous de manche. Cousez à 1 cm, surfilez.

Pliez deux fois le bord de chaque manche pour créer un ourlet (aidez-vous si besoin du fer à repasser), et cousez à 1 cm. Il ne vous reste plus qu’à épingler, toujours endroit contre endroit, la manche droite et la manche gauche au corps du vêtement. Armez-vous de patience et de beaucoup d’épingles, vous allez y arriver ! Pensez bien à faire coïncider la couture du dessous de manche avec la couture du côté du corps.

Piquez à 1 cm, surfilez, et repassez pour aplatir les coutures. Ça commence à ressembler à quelque chose, non ? Maintenant, place à la customisation de ce vêtement : les basques ! Prenez les deux longs rectangles, un pour le devant, et un pour le dos. Cousez deux lignes parallèle en haut de chaque rectangle, avec un point le plus grand et le plus lâche possible et sans faire de point d’arrêt ni au début, ni à la fin. Attrapez les deux fils du dessus et tirez : c’est magique, les fronces se forment ! Continuez jusqu’à ce que la basque fasse la même largeur que la base du corps du vêtement. Nouez tous les fils pour que tout reste bien en place, et répartissez les fronces de manière harmonieuse. Recommencez pour la deuxième basque.

Épinglez endroit contre endroit la basque devant et la basque dos, cousez à 1 cm et surfilez. Épinglez ensuite le tout au corps du vêtement en alignant les coutures des côtés, piquez à 1 cm et surfilez. Faites ensuite un ourlet à la base de la basque, en repliant deux fois le tissu sur 1 cm.
Si comme moi, vous avez reproduit un vêtement qui était à l’origine en jersey, il sera peut-être nécessaire de créer une ouverture au niveau de l’encolure dos, pour pouvoir enfiler le vêtement ! (si le tissu que vous utilisez n’est pas élastique, ce qui risque d’être le cas si vous débutez).

Comme on ne peut pas laisser une fente avec des bords francs comme cela, nous allons créer une fente indéchirable ! Croyez-moi, la première fois qu’on en fait une, c’est une vraie fierté ! Prenez une bande de biais qui fasse au moins deux fois la longueur de la fente réalisée. Placez le milieu de la bande de biais au niveau de la base de la fente, comme ci-dessus, endroit contre endroit. Épinglez tout autour (le tissu va se courber, c’est normal) et cousez très près du bord, à environ 2 mm.

Ensuite, pliez trois fois la bande de biais comme ci-dessus, en prenant en sandwich le bord franc de la couture que vous venez de faire.

Épinglez, et voici ce à quoi cela doit ressembler. Cousez le biais à environ 2 mm de la jonction avec le reste du vêtement, pour faire une jolie surpiqûre. Prenez votre temps et tout ira bien ! Repassez pour tout mettre à plat, et vous allez voir qu’un petit triangle se forme quand vous superposez les deux bords de la fente indéchirable. Cousez à 45° ce petit triangle, comme ci-dessus.

Il ne reste plus qu’à poser le biais au niveau de l’encolure. C’est bientôt fini ! Comme pour la fente indéchirable, épinglez le biais tout autour de l’encolure et piquez à 2 mm du bord. Repliez le bord du biais vers l’intérieur, de part et d’autre de la fente indéchirable. C’est à ce moment que vous pouvez insérer un ruban de chaque côté (vous pouvez aussi coudre une petite attache plus tard). Repliez le biais trois fois sur lui-même, en prenant en sandwich la couture, exactement de la même façon que pour la fente indéchirable. Épinglez, surpiquez, en n’oubliant pas de fixer les rubans au passage.

Coupez tous les petits fils qui dépassent. Et voilà, vous pouvez admirer votre travail ! Plutôt cool de se dire que c’est vous qui avez créé ce vêtement de A à Z, non ?

7 Comments

  1. C’est la méthode que j’ai très vite adoptée il y a des années, avec mon mètre 75 et ma taille 46, les bons vêtements sont rares.
    Plus récemment, j’achète en friperie des vêtements qui me vont mais dont je n’aime pas le tissu, je les découd entièrement et je m’en sers de patron.
    Qu’est-ce que je rêverais d’avoir une taille « standard! »

    • Trop bonne idée les vêtements de friperie ! J’ai déjà vu des gens acheter des vêtements trop grands mais jolis en friperie, et les mettre à leur taille en quelques coups de ciseaux. Je testerai un jour.
      Et moi je pense que c’est très bien de ne pas avoir une taille standard, ce serait bien triste si on était tou(te)s pareil(le)s ;)

  2. Merci pour cet article qui me donne plein d’idée pour refaire les habits de ma garde robe.
    Ton site est vraiment magnifique bravo.

    • Merci à toi Dorothée :) N’hésite pas à me tagger si tu partages des photos de tes créations, ça me ferait plaisir de les voir !

  3. Bravo pour ces tops, les tissus sont frais et colorés, vos réalisations sont …au top
    Merci pour le tutoriel, toujours sympa de partager ses connaissances.
    Bel ete

    • Pas de quoi Medeline, c’est un plaisir si cela peut vous donner des idées ! Merci pour ton mot et bel été à toi aussi :)

Write A Comment